ombre
Le réseau routier public

L’Etat veille à la cohérence et à l’efficacité du réseau routier dans son ensemble. Le domaine public routier comprend l’ensemble des voies du domaine public de l’Etat, des départements et des communes affectés aux besoins de la circulation terrestre. Il est constitué de voies communales (600 000 km), de routes départementales (380 000 km, et de 20 000 km de routes nationales et d’autoroutes.

Le réseau routier national

L’État conserve sous sa responsabilité le seul réseau principal structurant, essentiel pour l’économie du pays. Ce réseau est notamment constitué des autoroutes et des routes qui accueillent les trafics à longue distance, qui assurent la desserte des grandes métropoles régionales et des grands pôles économiques.

Le réseau routier national comporte 21 157 km :

Pour plus de détails, consultez la carte du réseau routier (format pdf - 507.3 ko - 29/05/2017) et la carte du réseau des autoroutes concédées.

Consultez également la Présentation des services routiers de l’État.

2016 : Un plan d’investissement exceptionnel pour l’entretien du réseau routier et fluvial

Le réseau routier, véritable patrimoine national, doit être entretenu afin d’améliorer les conditions de circulation et de sécurité des usagers. Il s’agit aussi de répondre aux attentes des citoyens et des entreprises pour amener un soutien ambitieux et durable à l’activité et à l’emploi.

Pour 2016, un plan d’investissement exceptionnel de 300M€ pour l’entretien du réseau routier national et fluvial a été annoncé par le Gouvernement, Secrétaire d’Etat, chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche.

Cette enveloppe de 300M€ sera investie dans des opérations de régénérations et d’entretien des routes nationales. Elle constitue une hausse de 55% des moyens en un an et un triplement depuis 2012. C’est un effort sans précédent car le niveau d’investissement dans les routes sera, cette année, le plus élevé depuis 10 ans.

Ce sont ainsi plus de 400 chantiers de réfection du réseau routier national non concédé et une centaine de travaux de modernisations des voies navigables, qui vont être immédiatement engagés partout en France.

Vous pouvez consulter la ainsi que la Liste des Chantiers 2016 (format pdf - 70.8 ko - 18/02/2016).

Déjà en 2015, le Gouvernement avait lancé un premier plan d’investissement de 100M€ dans les réseaux existants. La relance de l’investissement en 2016 vient amplifier cette mobilisation. Pour en savoir plus : Plan d’investissement exceptionnel routier et fluvial 2016 (format pdf - 1.1 Mo - 18/02/2016)

Le réseau routier départemental

Avec les lois de décentralisation de 2004 et 2006, près de 18 000 km de routes nationales ont été transférés aux conseils généraux devenant ainsi routes départementales. En effet, avec la constitution ces trente dernières années d’un réseau structurant d’autoroutes et de grandes liaisons principales, bon nombre de routes nationales ont perdu leur fonction d’écoulement du trafic de transit.

Le réseau routier départemental comporte environ 377 857 km.

Le réseau routier à grande circulation (RGC)

Les routes à grande circulation permettent d’assurer la cohérence et l’efficacité de l’ensemble du réseau routier ainsi que la continuité des itinéraires principaux sur le territoire français. Elles garantissent notamment le délestage du trafic, la circulation des transports exceptionnels, des convois et des transports militaires et la desserte économique du territoire.

Le réseau des RGC s’étend sur environ 44 000 km :

Pour plus de détails, consultez le Décret n° 2010-578 du 31 mai 2010 (format pdf - 2.6 Mo - 04/12/2013) modifiant le Décret n° 2009-615 du 3 juin 2009 fixant la liste des routes à grande circulation.

Ministère de l’écologie