Last update
Some contents have no translation.

Le partage de la voirie

Le partage de la voirie

Pour améliorer les conditions de circulation en Île-de-France

Le Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) et la Direction des routes d’Île-de-France (DIRIF) ont mené une étude cofinancée par le STIF, la DIRIF et l’État sur le partage multimodal des autoroutes et voies rapides dans la région. 11 axes multimodaux ont été identifiés. Ce programme a vocation d’être mené progressivement d’ici 2020.

Pour en savoir plus, consultez le communiqué de presse (format pdf - 126.8 ko - 16/06/2014) du 12 juin 2014.

Dans un contexte de nécessité d’économie d’énergie et de réduction des émissions de gaz à effets de serres,les transports en commun représentent une réponse alternative aux véhicules individuels pour les besoins de mobilité urbains et péri-urbains. Le partage de la voirie propose une solution en utilisant une partie de l’emprise des autoroutes urbaines pour y créer des voies réservées à la circulation des transports en commun.

Quand les transports en commun circulent sur un site réservé, ils échappent aux difficultés de circulation. Ils sont plus attractifs pour le public. Or dans un espace urbain de plus en plus dense, il est difficile d’aménager de telles voies.

L’affectation variable des voies permet d’optimiser la capacité des infrastructures routières existantes, par l’utilisation de dispositifs flexibles, en faisant varier le flux de véhicules par la sélection du nombre de voies ou des types de véhicules autorisés.

Plusieurs configurations sont possibles :

  • La voie peut être réservée de manière permanente ou uniquement aux heures de pointe.
  • La voie peut utiliser la bande d’arrêt d’urgence. Dans ce cas, des aménagements sont mis en place pour une surveillance renforcée et permettre alors de conjuguer la circulation des transports en commun avec la fonction de secours de la bande droite.

Suivant les cas, le droit de circuler sur la voie réservée peut être étendu à d’autres modes que souhaitent favoriser la collectivité : covoiturage, taxis...

Les opérations de partages de la voirie sont le fruit d’une collaboration entre les gestionnaires routiers et les autorités organisatrices des transports. En mariant plusieurs fonctions sur une même emprise, elles permettent de favoriser le développement des transports en commun dans un milieu urbain dense, pour un coût raisonnable.