Última actualización
Algunos contenidos no tienen traducción.

Métropole Grand Paris

jpg - 316.5 ko

La métropole du Grand Paris prévoit d’interdire progressivement les véhicules les plus polluants, par la mise en place du Certificat Crit’Air , pour que d’ici 2020, seuls les véhicules répondant aux critères de pollution les plus exigeants en vigueur à cette date puissent circuler dans Paris intramuros.

La première Zone à Circulation Restreinte (ZCR) de France a été créée le 15 janvier 2017 pour une durée de 5 ans dans Paris, hors bois et hors boulevard périphérique. Seuls les véhicules équipés de la vignette Crit’Air indiquant leur niveau de pollution peuvent circuler dans la zone à circulation restreinte.

En cas d’épisode de pollution, une Zone de Protection de l’Air (ZPA) est activée. L’étendue de la ZPA englobe toutes les communes de la proche banlieue de Paris située à l’intérieur de l’A86. Les restrictions de circulation mises en place dans la ZPA de Paris sont applicables, en cas de pic de pollution, sur l’ensemble des autoroutes, routes et rues de la zone définie. Les deux aéroports de Paris-Charles de Gaulle et de Paris-Orly, ainsi que le parc Disneyland Paris se situent en dehors de la zone et ne sont ainsi pas concernés par les restrictions de circulation.

Les véhicules interdits depuis le 1er juillet 2016, à savoir les voitures individuelles – essence comme diesel – mises en circulation avant le 1er janvier 1997, les utilitaires légers immatriculés avant le 1er octobre 1997, ainsi que les deux-roues motorisés antérieurs au 1er juin 2000, ne peuvent définitivement plus rouler dans Paris du lundi au vendredi, de 8 heures à 20 heures. Tous comme les bus, cars et poids lourds d’avant le 1er octobre 2001 – écartés par la municipalité depuis le 1er juillet 2015 – de 8 heures à 20 heures, sept jours sur sept.

Les automobilistes qui dérogeront à ces règles seront passibles d’une contravention de 2e classe, d’un montant de 35 euros pour les voitures individuelles et 135 euros pour les poids lourds. Pour l’heure, le contrôle est visuel. La municipalité travaille cependant avec l’État à la possibilité de mettre en place un système de lecture optique.

En cas de pollution, consultez :